productTypebooks
exposition
livres
→ Leah Gordon – Kanaval
Léa Gordon – Kanaval Léa Gordon – Kanaval Léa Gordon – Kanaval Léa Gordon – Kanaval Léa Gordon – Kanaval Léa Gordon – Kanaval Léa Gordon – Kanaval
48,00€

À des lieues des carnavals à paillettes, aseptisés et parrainés par des entreprises que l'on trouve ailleurs dans les Amériques, les troupes de Madigra de la ville portuaire haïtienne de Jacmel mettent en scène et subvertissent les mythes, les légendes et les propres histoires de la nation, leurs costumes d'improvisation et leurs récits surréalistes chargés de vaudou. mélange de mémoire folklorique, de satire politique et de révélation personnelle.

Ici, les Zèl Maturin, démons vêtus de satin et masqués de papier mâché, battant des ailes en bois articulées dans le dos, se battent contre Sen Michèl Arkanj et son armée de pasteurs ; plus loin, les Chaloska dans leurs masques ornés de dents de vache transforment le redoutable chef de la police du début du XXe siècle, Charles Oscar Étienne, en une métaphore de la nature corruptrice du pouvoir absolu.

Au carrefour, les Lanse Kòd cornus, la peau plus noire que noire avec un mélange de sirop de canne et de charbon de bois, effectuent des pompes avant de se déchaîner dans la foule. Pendant ce temps, un âne vêtu d'un pantalon, mené par la troupe d'Atibruno à jupes de feuilles, parle dans un téléphone portable et mange du plantain frit, pour montrer au monde que les paysans sont aussi bons que n'importe qui, que tous les ânes sont importants.

Ici aussi, des personnages solitaires et idiosyncrasiques : Geralda, la mère célibataire d'un enfant affamé, la sirène déguisée Madanm Lasirèn, et Bounda pa Bounda, qui joue une vision vaudou révélée par un esprit des cimes des arbres.

Leah Gordon photographie le carnaval de Jacmel et enregistre des histoires orales avec ses participants depuis 1995. Ses photographies dans 'Kanaval' sont dépouillées de kinésis et d'exubérance. Elle utilise un appareil photo reflex à double objectif Rolleicord moyen format vieux de soixante ans et tourne sur un film négatif noir et blanc. L'appareil photo est mécanique et une fois le film chargé, l'obturateur doit être armé physiquement et l'exposition réglée manuellement. Elle demande toujours la permission et paie les participants pour avoir la chance de les photographier. Une réciprocité consensuelle entre le photographe et le modèle s'instaure qui sort du tumulte de la rue et pénètre dans le territoire plus tranquille d'un studio de portrait. Le temps et l'espace créés permettent à certains des récits historiques du Madigra de s'infiltrer.

 

152pp, 240 x 280 mm, 95 photographies noir et blanc
Dos cartonné, relié en tissu avec une photographie à pointe (recto) et un titre en feuille blanche (dos et verso)
Conception par Ben Weaver Studio
Here Press 2021, deuxième édition

FERMER