→ Tomoya Fujimoto – Rien que la mer
Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer Tomoya Fujimoto – Rien que la mer
45,00€

La mer, rien que la mer, la mer du vent, la mer ridée qui se presse : à la nuit tombante, sur l'eau noire de Lanzarote, le photographe Tomoya Fujimoto fixe avec ferveur le motif infatigable des risées formées par le vent. Risées qui frissonnent, crépitent de lumière, se parent d'écume…

Ses recherches au long cours ont commencé sur les côtes atlantiques du sud-ouest de la France, non loin de Bordeaux, où il a étudié les Beaux-Arts. En octobre 2019, une coïncidence heureuse l'amène finale à Lanzarote, escale prise des transatlantiques, île ventée en proie aux rafales, où Tomoya Fujimoto pourra approfondir sa série. Et l'attente du photographe de se confondre alors avec celle du marin...

« Le soir, lorsque le soleil commence à descendre sur l'eau, sa lumière rasante révèle les risées. Les contrastes se font plus violents, les blancs saturent, les noirs aussi. Cette série est le fruit d'un travail plus large sur l'apparition et la disparition, sur la manière dont ces phénomènes se révèlent à nous, à travers la photographie notamment. »

 

Ces planches sont-elles des dessins, des gravures, des photographies ? Son travail rend compte de la fugacité du phénomène et de son apparence complexe. Ses images radicales, quasi monochromes, portent un regard fasciné sur ces enchevêtrements parfois furieux de crêtes et de creux.

« J'ai voulu les photographes avec sobriété et radicalité, dans leurs reflets du ciel, au coucher du soleil et à la nuit tombante, dans la lumière et la noirceur. Contraste maximum, entre la pureté de l'eau et la suggestion de nappes d'hydrocarbures. Entre bonheur et apocalypse. Entre désir et peur. Mais aussi fascination de la fin des temps, beauté de l'effroi. Il s'agit tout autant d'interroger l'avenir des océans que de nous interroger nous même.

 

Tomoya Fujimoto est un photographe franco-japonais ; il a étudié aux Beaux-Arts de Bordeaux et vit actuellement à Paris.

42pp, 212 × 292, 15 photographies
Couverture rigide en lin, reliure chinoise
Éditions Amers, 2021

FERMER